facebook_pixel

5 Films Incontournables du Cinéma Irlandais

C’est bientôt la St-Patrick, fête nationale irlandaise de plus en plus fêtée par chez nous. Alors c’est bien de boire de la Guinness dans des pubs mais l’Irlande ce n’est pas seulement ça ! Quand on évoque l’Irlande c’est toujours pour parler de ses magnifiques paysages, ses moutons, sa bière, U2, ses leprechauns mais on parle rarement de son cinéma et pourtant il y a de quoi faire ! C’est pour cela que je vous propose ce mois-ci une sélection de 5 films irlandais qui j’espère sauront vous conquérir…

Le vent se lève (Ken Loach)

affiche le vent se lève color mania
Le Vent se lève

Je commence cette sélection avec le film de Ken Loach ayant remporté la palme d’or en 2006 (rien que ça !). Ce film a pour thème la guerre d’indépendance irlandaise et la guerre civile qui en découla, un sujet toujours très délicat à traiter. Loach se concentre sur l’histoire de deux frères, Damien et Teddy O’Donovan, tous deux membre de l’armée républicaine irlandaise, pour dépeindre ce contexte difficile qui a déchiré, et déchire encore, de nombreuses familles irlandaises. 
Ce film permet de mieux appréhender ce pan de l’histoire irlandaise tout en portant une réflexion sur la guerre et ses ravages au sein d’un pays, d’une famille… Si l’Histoire de l’Irlande vous intéresse, je vous le recommande vivement. Outre l’aspect historique, vous y découvrirez les fabuleux paysages qui font la renommée de ce pays ! 

 

 

The Magdalene Sisters (Peter Mullan)

color mania affiche the magdalene sisters
The Magdalene Sisters

Je continue un peu dans les grands pans de l’histoire irlandaise avec ce film de l’acteur écossais Peter Mullan sur les couvents de la Madeleine, institutions catholiques créées pour accueillir et rééduquer les « filles perdues », des filles rejetées par leur famille ou la société pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage, qu’il s’agisse aussi bien de prostitution ou de viol. Le film se concentre sur trois de ces jeunes filles perdues, Margaret, Bernadette et Rose contraintes de travailler dans les laveries d’un de ces couvents tout en subissant les affres des sœurs en charge : châtiments corporels, dépréciation, humiliation… 
Ces institutions constituent une part très sombre de l’Eglise catholique en Irlande, et celles-ci ne fermèrent qu’en 1996. L’histoire de ces jeunes filles est basée sur les propos et mémoires recueillis par ces anciennes pensionnaires. Je ne vous cacherai pas que c’est un film difficile, assez violent mais il est porté par trois remarquables actrices et il serait dommage que vous passiez à côté d’un film aussi touchant et intense.

 

 

Le Général (John Boorman)

color mania cinéma le général
Le Général

Voilà un film nettement moins médiatisé que les deux précédents mais tout autant fascinant et qui reçu le prix de la mise en scène à Cannes en 1998. Le film, tourné en noir et blanc et couleurs, traite de la vie et la mort de Martin Cahill, surnommé le Général par la presse, un bandit légendaire dublinois , croisement entre Robin des Bois et Jacques Mesrine. Le film s’ouvre sur l’assassinat de Cahill puis Boorman suit la vie tumultueuse de ce criminel arrogant mais attachant qui prenait un malin plaisir à ridiculiser ses opposants, que se soit la police, le gouvernement ou l’Eglise. 
Le film a eu droit à un remake avec Kevin Pacey intitulé Ordinary Decent Criminal, celui-ci est plus facile à trouver mais il n’a pas la petite touche irlandaise qui fait du Général un film captivant qui montre bien comment cet homme, criminel au grand coeur est devenu une légende dans son pays.

 

 

 

Les Commitments (Allan Parker)

affiche the commitments color mania
The Commitments

Voilà un film un peu plus léger, même si le chômage et les problèmes sociaux restent en toile de fond. Cette comédie (musicale) d’Allan Parker est l’adaptation d’un roman du célèbre écrivain irlandais Roddy Doyle. Un jeune chômeur, Jimmy Rabitte, décide de monter un groupe de soul et d’en faire « le plus grand groupe de soul du monde » (rien que ça me direz-vous !). Il réussi à réunir une bande très éclectique après une séance d’auditions assez éprouvante et loufoque dans la maison de ses parents (si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de ce film c’est bien cette scène !). Les divergences des goûts et d’opinions du groupe l’empêcheront-ils de faire la carrière mondiale dont il aspire et ces membres sortiront-ils enfin de la galère ?
Si vous aimez les situations cocasses, la musique qui swingue et les dialogues bien ficelés, Les Commitments vous enchantera ! 

 

 

Once (John Carney)

cinéma color mania affiche once
Once

Film musical sans prétentions tourné en seulement 15 jours dans Dublin, Once raconte la rencontre de deux musiciens, un trentenaire musicien des rues et une jeune immigrée tchèque vendeuse de fleurs. Lui vient de se séparer de sa petite amie partie vivre à Londres, elle survit dans un appartement délabré en attendant que son mari la rejoigne. Ils se rapprochent doucement par le biais de la musique, apprennent à se découvrir et décide d’enregistrer un album ensemble. 
Les deux acteurs principaux sont non professionnels, Glen Hansard, leader du groupe irlandais The Frame, a seulement fait une brève apparition dans Les Commitments (pure coincidence je vous jure !); quant à Markéta Irlovà elle n’avait que 17 ans lors du tournage du film et a depuis fait partie de groupe The Swell Season avec son partenaire à l’écran.
Toutes les chansons ont été écrites pour le film par son réalisateur et Glen Hansard, chacune d’entre elles est un vrai bijou. Once est un film plein de délicatesse, de subtilité et de poésie qui j’en suis certaine en séduira plus d’un.

 

Virginie
Sur Twitter : @PetiteTangerine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *