Europavox 2012 : on y était, et c’était bien

Roman vous parlait il n’y a pas longtemps dans sa sélection de festivals du festival Europavox qui se tient tous les ans en mai à Clermont-Ferrand. On vous l’a déjà dit, Clermont-Ferrand c’est la maison de Color-Mania, alors forcément Europavox, on y était. Pour moi, c’était ma première expérience Europavox puisque ces dernières années j’avais préféré aller vadrouiller à droite et à gauche plutôt que de rester vivre en Auvergne. Même si j’ai une préférence pour le festival du genre « une grande scène dans un champ, on dort sur place et on oublie les douches », cette année j’ai donc eu envie d’aller voir ce qui se passait en ville avec Europavox. 

JOUR 1 – Vendredi 25 mai

The Kills, qui devait jouer le dimanche soir avec les Hives, ayant annulé leur concert, les festivaliers avaient put être dédommagés avec des invitations pour un autre soir (enfin pour ceux qui comme moi n’avait pas acheté un pass complet – j’avais en effet opté pour le pass Forum). Comme mon pass ne me donnait accès aux concerts payants que du samedi et du dimanche, j’ai choisi une invitation pour la soirée du vendredi, plutôt contente au passage de voir Woodkid dont je connaissais vaguement le nom. J’avais aussi vu quelques clips qui m’avait scotchée, je me demandais donc ce que ça allait donner sur scène. 

(d’ailleurs on passage pour se faire plaisir :

fin de la parenthèse)

La soirée commençait par Fuel Fandango, un groupe espagnol dont j’ai raté le début mais très sympa, avec une chanteuse au très bon look et une musique entrainante. On enchaînait ensuite sur Esser, une sorte de Joy Division des années 2010 façon électro. Et enfin Woodkid, grosse révélation pour moi. Je m’attendais à un live sympa, j’ai eu un live énorme. Un concert avec un quelque chose de très mystique, une superbe voix, des instruments prenants, une prestance impressionante, bref gros coup de coeur. Si l’on devait inventer une religion qui ressemblerait à notre époque, on passerait du Woodkid à la messe. 

Après ça, direction le Palais des Glaces où la chaleur et la foule m’ont fait rebrousser chemin en quelques minutes pour préférer aller boire des bières sur l’esplanade. 

JOUR 2 – Samedi 26 mai

Premier jour du Forum avec Ewert and the Two Dragons, Django Django, Shaka Ponk et Dionysos. Premier groupe raté car il était encore assez tôt et c’était l’heure de se sustenter et de prendre l’apéro. Django Django ne m’aura pas marquée plus que ça, et j’attendais avec une certaine impatience de revoir Shaka Ponk dont j’avais vraiment aimé le concert à La Coopérative de Mai à l’automne dernier. Le groupe avait toujours autant la pêche, mais j’avoue qu’il était beaucoup plus difficile d’entrer dans l’ambiance dans cette grande salle de 5000 personnes (je n’ai jamais été fan des grandes salles). Je regrette ensuite d’avoir raté le début de Dionysos car le final était vraiment bien, avec toute l’énergie qu’on connaît bien à Mathias Malzieu, et pour nous faire plaisir des bons classiques comme Wet et Song For a Jedi qui me rappellent l’époque du lycée où j’écoutais Dionysos.

JOUR 3 – Dimanche 27 Mai

La soirée s’annonçait très bien avec Bernhoft, The Minutes, Gaz Coombes, mais surtout Stuck in the Sound et The Hives. En voyant arriver Bernhoft, j’ai eu un peu peur : tout seul sur cette grande scène il allait falloir assurer. Et c’est bien ce qu’il a fait, dès le début. Je ne connaissais pas du tout, mais grosse découverte du festival. Un musicien impressionnant, sympa avec le public et j’ai adoré ses cheveux et ses lunettes (oui, en toute circonstance, je fais attention au look des gens – déformation professionnelle). La reprise de Shout à la fin était la cerise sur le gâteau. Je n’ai pas vu The Minutes mais suis revenue dans la salle pour Gaz Coombes, chanteur de Supergrass qui remplaçait The Kills, et le concert le plus ennuyant du festival, je n’ai pas du tout aimé. Heureusement arrivait après Stuck in the Sound, et là, la soirée à sérieusement commencé à monter en énergie. Il faisait chaud, le public sautait partout, une ambiance rock qui n’a fait qu’augmenter avec le concert de The Hives qui était tout simplement génialissime. Une dose de rock pur distribuée généreusement par des suédois en smoking. 

Les plus et les moins

Dans l’ensemble ce festival était génial. En plus des concerts et des bonnes surprises, j’ai aussi passé pas mal de temps en extérieur sur l’esplanade et les marches du Polydôme où il y avait toujours beaucoup de monde et beaucoup d’ambiance. Mon seul regret est de ne pas avoir put passer plus de temps devant la scène FAC’tory et au Palais de Glaces où se tenaient les concerts gratuits … en même temps que les payants. Autre bémol aussi, la fin abrupte le dimanche soir où les vigiles nous ont dit qu’il était temps de partir vers 1h du matin alors que nous étions prêts à rester un peu plus comme les autres soirs. 

Et en attendant l’année prochaine, le site du festival : Festival Europavox 

What I Wore façon Europavox

Comme vous le savez, mon truc à moi c’est la mode, en tout lieu et toute circonstance, et comme je vous l’ai déjà dit, le festival est le moment parfait pour faire dans le flashy, alors moi cette année j’ai joué la carte du rose-qui-pète-tout   comme mes cheveux venaient juste de passer au rose baby et que mes Wayfarer roses fluos sont franchement fantastiques :

Colorations & Accessoires Cheveux

Coloration Cheveux Rose Baby – Stargazer

4 sur 5
6.50  TTC

Chloé
Sur Twitter : @musichotstyle

Laisser un commentaire