Shampoing coloration, protecteur, bleu, sec… : lequel utiliser ?

Quel shampoing utiliser | Color-Mania

10% de réduction sur votre prochaine commande ?

Abonnez-vous au Mail Mag' de Color-Mania !
(En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité)

Tous les matins, vous passez devant ou utilisez votre shampoing ! Il fait partie intégrante de votre quotidien, de votre routine cheveux mais pourtant vous ne savez peut-être pas vraiment pourquoi vous l’utilisez ni comment l’utiliser pour qu’il vous donne un maximum de satisfaction. Mais tout ça c’est fini ! Chez Color-Mania, on a décidé de vous expliquer dans le détail (mais simplement) quel shampoing utiliser et pour quel usage ! C’est aussi l’occasion d’expliquer pourquoi les sulfates (SLS par exemple) et le silicone sont si souvent présents dans les shampoings, et pourquoi il peut parfois être intéressant de les utiliser malgré leur mauvaise réputation.

Le principe de base

Pourquoi utiliser un shampoing

Tension de surface et goutte d'eau | Color-Mania
Tension de surface et goutte d’eau | Color-Mania

Ce n’est un secret pour personne, notre cuir chevelu émet un film gras protecteur qui s’appelle le sébum. Ce dernier se répartit sur les racines des cheveux et un peu plus, donnant un aspect souvent peu esthétique. Il protège également vos cheveux en s’immisçant entre les écailles du cheveu. Malgré cette fonction essentielle, ce film gras finit par accrocher les peaux mortes, la poussière et la pollution et si nous ne faisons rien il étouffe littéralement cheveux et cuir chevelu. C’est pour éviter cela que nous utilisons du shampoing !

C’est aussi car le sébum est gras que le shampoing est détergent : en effet, l’eau ne suffit pas à elle seule car elle possède une tension de surface trop élevée. La tension de surface, c’est un peu la « peau de l’eau », c’est ce qui fait qu’on voit des gouttes d’eau sur les vitres quand il pleut par exemple. Sans cette tension, il n’y aurait pas de gouttes, et l’eau se répartirait parfaitement sur l’ensemble de la vitre. Ainsi, l’eau seule va « glisser » sur le corps gras.

A cela s’ajoute que l’eau se mélange très mal au gras d’une manière générale et que donc, elle n’emporterait pas le sébum avec un simple rinçage.

Nous utilisons donc ce que l’on appelle un détergent : le shampoing.

Il sert à favoriser le mix entre l’eau et le corps gras qu’est le sébum et doit aussi se mélanger à l’eau pour partir au rinçage (c’est mieux, non ?!). Les éléments qui remplissent ce rôle dans le shampoing sont les tensioactifs (il agissent sur la tension de surface).

Les risques d’utilisation du shampoing

Le détergent a donc un effet sur les corps gras, ce qui laisse la peau sans protection. Voire, s’il est utilisé trop régulièrement, dans des dosages inadaptés ou qu’il passe dans vos yeux, il peut attaquer les cellules elles-mêmes. Ainsi, tous les détergents (et le shampoing en fait partie) doivent être utilisés avec précaution, sans excès et rincés abondamment en cas de problème. (C’est écrit sur tous les flacons de shampoing d’ailleurs !)

Il est important de noter qu’en dehors de produits comme l’Urban Plex, il n’est pas possible de restaurer la structure du cheveu. Et les détergents trop agressifs finissent par l’attaquer… Ainsi, certains produits pourtant très répandus contiennent de nombreux additifs pour masquer ce problème et rendre un bel éclat « de surface » à vos cheveux même si ces derniers sont en fait en mauvaise santé, cachés derrière des « litres » de silicone…

Vous êtes peut-être concerné.e si vos cheveux ne prennent pas bien la coloration semi-permanente, et le coiffage en général. Pour en avoir le cœur net, étirez une petite mèche de vos cheveux entre vos doigts (il faut que les cheveux soient bien tendus) et frottez-les avec une lame affûtée (ciseaux, rasoir) : si des résidus blancs apparaissent, c’est du silicone !

La composition du shampoing

Un shampoing a trois grands composants : l’eau, les agents détergents (appelés aussi lavants, ou tensioactifs) et les additifs.

Les qualités détergentes des agents tensioactifs dépendent de leur charge électrique : ils peuvent être anioniques (charge négative), cationiques (charge positive), amphotères (charge équilibrée) ou non-ioniques (pas de charge)

La charge de base d’un cheveu mouillé est négative, et donc selon leur charge et le but recherché, certains tensioactifs seront plus efficaces que d’autres pour enlever les éléments présents sur les cheveux.

Les tensioactifs anioniques

Leurs parties hydrophiles (qui se mélangent à l’eau) sont donc chargées négativement. De la même manière que lorsqu’on approche deux pôles identiques d’aimants, les éléments présents sur le cheveu sont « repoussés » du cheveu par les tensioactifs anioniques, et se mélangent à l’eau.

Ils sont très répandus car garantissent un nettoyage en profondeur, mais ils sont du coup assez agressifs, d’autant que leur PH est basique (ils ouvrent les écailles du cheveu). Ils emmêlent les cheveux et les rendent rêches. Mais ils nettoient bien et peuvent être fort utiles pour cela !

En général, c’est avec ces derniers qu’est ajouté le silicone : pour remplir les écailles et limiter cet aspect rêche.

RETROUVEZ LES SUR LES ETIQUETTES

Exemple : Laurylsulfates / Laurylethersulfates.

 

Les tensioactifs cationiques

A l’inverse, les agents tensioactifs cationiques (chargés positivement eux) « décollent » moins bien les impuretés des cheveux mais, ils sont moins agressifs et sont donc utiles pour les cheveux abîmés et fragiles.

RETROUVEZ LES SUR LES ETIQUETTES

Exemple : Ammoniums

 

Les tensioactifs amphotères

Leur action va dépendre du PH du shampoing.

Ils sont moins agressifs pour la peau et donc on les trouve souvent dans les shampoings pour bébés. Ils moussent peu, c’est un bon indice si vous avez un doute !

RETROUVEZ LES SUR LES ETIQUETTES

Exemple : Bétaïne

 

Les tensioactifs non-ioniques

Ils ne sont pas chargés électriquement.

Ils sont globalement doux et très bien tolérés tout en gardant de bonnes propriétés nettoyantes.

RETROUVEZ LES SUR LES ETIQUETTES

Exemple : Esthers / Éthers

 

Les additifs

On trouve différents additifs dont chacun peut avoir un rôle en fonction de la promesse du shampoing. Ainsi, on trouve par exemple de l’acide citrique pour corriger le PH, du silicone pour gainer le cheveu, des produits qui favorisent l’émulsion (la mousse) et améliorer la texture, des produits antistatiques pour éviter que les cheveux ne soient trop plats ou incoiffables, des éléments antioxydants… Et bien sûr des parfums et des conservateurs !

Aucun n’est dangereux s’ils sont utilisés dans un usage modéré.

Les Usages du shampoing

Avant la coloration semi-permanente

Avant une coloration semi-permanente, il peut être très intéressant d’utiliser un shampoing contenant des tensioactifs anioniques pour enlever un maximum des impuretés et des additifs présents sur les cheveux. En général, on trouve donc ces détergents dans les shampoings avant-couleur. Ces derniers ont de plus souvent un PH basique qui permet de maintenir les écailles du cheveu ouvertes.

Il n’est donc pas anormal qu’après une décoloration (qui, elle, doit se faire sur cheveux gras) et un shampoing avant coloration vos cheveux soient rêches et noués. La coloration semi-permanente agira comme un soin en plus de colorer les cheveux car elle contient des produits gainants (comme les après-shampoings).

En revanche, la coloration ne prendra pas si votre cheveu est gainé. Donc n’appliquez surtout pas d’après-shampoing ou de shampoing 2 en 1 avant de procéder !

Sur cheveux colorés avec une semi-permanente

Une fois posée, la coloration semi-permanente n’aime pas particulièrement les PH basiques, l’oxygène de l’air, le calcaire de l’eau et les UV. En effet, ce combo chimique a tendance à la faire filer plus vite que nécessaire et à la ternir. Ainsi, on trouve des shampoings protecteurs de couleur au PH acide qui maintient les écailles fermées et limite les dépôts de calcaire. On trouve aussi des antioxydants (comme la vitamine E) et des protections UV. En général, on peut y associer un conditionneur au PH relativement acide et protecteur UV aussi.

Sur cheveux fins

Les cheveux fins ont la particularité d’être plus sensibles que les autres aux variations de charge électrique (à l’électricité statique). Ainsi, ils peuvent perdre leur volume et nécessitent une correction en ce sens. Un détergent non-ionique ou un tensioactif cationique, qui permettent de rajouter du volume, sont souhaitables.

Sur les cheveux crépus

Les cheveux crépus sont très sensibles et fragiles. Sauf nécessité absolue, on favorisera des détergents doux qui ont une bonne affinité avec la kératine et le cuir chevelu (cationiques / amphotères et non-ioniques). On pourra aussi favoriser des shampoings contenant de la kératine pour les renforcer au niveau des endroits où il boucle sur lui-même. Un démêlage doux étant indispensable pour ne pas le casser, on pourra ajouter un après-shampoing démêlant.

Sur cheveux gras

Les cheveux gras sont des cheveux dont le cuir chevelu est sensibilisé et produit un excès de sébum. Cela peut aussi être lié à des réactions hormonales (adolescence / grossesse…). Dans tous les cas, on évitera des shampoings trop détergents et on optera pour des shampoings doux ou pour bébés. On évitera les autres produits de type après-shampoing, ou seulement sur les pointes si elles sont abîmées. Et on évitera également de les laver trop souvent. On préférera le shampoing sec et un brossage soigneux avec une brosse douce et fine.

Victime de son succès
Note 5.00 sur 5
4.90  TTC
Victime de son succès

Shampoings et Soins

Shampoing Sec Aérosol 150 mL

Note 4.00 sur 5
5.90  TTC

Sur cheveux blancs

Les cheveux blancs naturels sont des cheveux dont la mélanine est dégradée. L’effet des UV et de l’oxydation peuvent les rendre jaune. On optera donc pour un shampoing bleu qui fera toner. Ces shampoings peuvent contenir des anti-oxydants et/ou de la kératine. Fait étonnant, la crème solaire sur les cheveux blancs limite les agression des UV (mais rend les cheveux gras, bien entendu…) !

Les autres options pour de beaux cheveux

Mousse Shampoing | Color-Mania
Mousse Shampoing | Color-Mania

Le No-Poo

Le concept du No-Poo est de répartir le sébum de manière la plus uniforme possible par une action mécanique de brossage afin de ne pas à avoir à se laver les cheveux trop souvent. Il faudra donc utiliser une brosse douce et fine. Cependant, si l’on n’utilise pas de shampoing, on utilise bien un détergent (le bicarbonate de soude) et un correcteur de PH, le vinaigre blanc (ou de cidre). On s’épargne donc tous les additifs qui, trop utilisés, finissent par créer une fausse impression de bonne santé du cheveu voire par étouffer ou sensibiliser le cuir chevelu. Mais cela reste de la chimie, hein (idem pour la version après-shampoing…) 😉 !

 

Les shampoings sans sulfates

Si vous avez bien lu cet article, vous aurez noté que les sulfates (et plus particulièrement le Sodium Laureth Sulfate) sont des tensioactifs anioniques. En un sens, il vaut mieux éviter de les utiliser trop souvent, mais leur utilité est réelle pour certains usages (comme avant d’appliquer une coloration semi-permanente). En effet, ils peuvent rendre vos cheveux secs et irriter votre cuir chevelu, le rendant gras à terme… Donc pour un usage quotidien, ils sont à éviter. Pour tous les jours, optez pour des shampoings doux !

Victime de son succès

Changer de shampoing régulièrement

Dans tous les cas, afin d’éviter d’accumuler toujours les mêmes additifs et les mêmes soins et détergents sur vos cheveux et votre cuir chevelu, je vous conseille de changer régulièrement de shampoing, et de les choisir en fonction de votre type de cheveux. En effet, le poison est aussi (et surtout) dans le dosage !

Boire un verre de temps en temps ne pose pas de problème majeur, mais une bouteille à chaque repas posera un problème. Il s’agit, ici aussi, de chimie humaine. Comme pour l’alcool : les produits contenus dans les shampoings, c’est avec une certaine modération ! Et pourquoi ne pas faire une petite detox de temps en temps ? 😉

Epinglez-moi !

10% de réduction sur votre prochaine commande ?

Abonnez-vous au Mail Mag' de Color-Mania !
(En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité)

2 Commentaires sur “Shampoing coloration, protecteur, bleu, sec… : lequel utiliser ?

  1. Lulu :

    Merci pour cet article très complet !! Où l’on se rend compte qu’en fait on n’y connait rien à ces produits de tous les jours.. Juste une petite question qu’en est-il des cheveux secs ? J’ai le cuir chevelu extrêmement sec en ce moment (sûrement dû aux nombreuses colorations depuis plusieurs années?) et je me demandais qu’elle était la meilleure stratégie à adopter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *