La coloration et moi : ce qu’elle m’a appris (la suite)

La semaine dernière, j’ai commencé à vous parler de ce que la coloration cheveux a changé dans ma vie. Tellement de choses à dire qu’un billet ne suffisait pas ! Après vous avoir expliqué comment j’ai appris à ne plus avoir peur de me décolorer les cheveux et comment mes cheveux colorés m’ont aidée à prendre  un peu plus confiance en moi, je vous dis aujourd’hui pourquoi je suis contente de mieux connaitre mes cheveux et vous détaille ma nouvelle routine capillaire.

Je connais mieux mes cheveux, et c’est chouette !

Je vous le disais dans la première partie de ce témoignage : avant les colorations originales, j’avais toujours cru que mes cheveux étaient très fragiles parce qu’ils étaient fins et peu fournis. Malgré quelques catastrophes capillaires, avoir envie de cheveux roses m’a montré que la décoloration n’était pas si terrible que ça quand on suivait bien le mode d’emploi.

À force de colorer mes cheveux, de les décolorer, de changer de couleur, j’ai aussi un peu mieux fait connaissance avec eux. On pourrait croire que bien connaitre ses cheveux, c’est un peu anodin, et pourtant, tellement pas ! Les cheveux sont autant une partie de soi que ses jambes, sa tête ou son ventre. Et bien se connaitre soi-même c’est un peu la première étape pour faire de son corps un super pote.

Pour moi, être satisfaite de l’état de mes cheveux m’aide à me sentir bien dans ma peau. savoir quelles couleurs me mettent en valeur, les coiffures qui sont à la fois faciles et sympa à faire avec la nature de mes cheveux ou les soins adaptés pour les rendre plus beaux, c’est un premier pas pour me sentir mieux dans mes baskets au quotidien. Un coup de mou ? Peut-être qu’une nouvelle couleur ou une jolie coiffure m’aideront à voir les choses de façon plus positive, ou à mieux affronter les difficultés. Bien sûr qu’être contente de mes cheveux ne règle pas tous les problèmes. Ce n’est pas parce que j’ai une chevelure de licorne que j’ai aussi des pouvoirs magiques. Mais la vie est tout de même beaucoup plus agréable quand le reflet dans le miroir donne le sourire. 

Bien connaitre mes cheveux a aussi un autre avantage : je sais ce qui est possible et comment y arriver, ce qui sera très simple et ce qui demandera plus d’efforts. Si j’avais envie de passer ma vie avec les cheveux châtains, ce ne serait pas forcément très utile, mais comme j’ai envie d’essayer plein de couleurs, au moins je peux travailler à rendre mes rêves réalité.

J’ai aussi établi avec l’expérience quelques règles que je m’efforce à suivre pour garder de jolis cheveux et de belles colorations :

  • Toujours respecter les temps de pose du mode d’emploi
  • Tester sur une mèche les temps de pose pour être sûr.e qu’il sont bien adaptés à son type de cheveux (tester aussi la coloration pour voir le résultat)
  • Ne jamais décolorer des cheveux abimés (idem sur un cuir chevelu abimé)
  • Faire des soins régulièrement, surtout après une décoloration
  • Ne pas décolorer de nouveau les longueurs si ce n’est pas absolument nécessaire et ne retoucher que les racines
  • Si vraiment il faut éclaircir plus, bien espacer les décolorations, et tant pis si les racines naturelles se voient. Cela donne même souvent un petit air grunge que j’aime beaucoup.

Enfin, je sais maintenant aussi qu’il ne faut pas avoir peur de passer par des chemins détournés pour arriver où l’on veut. Ainsi, malgré la décoloration mes cheveux peuvent être encore un peu trop foncés et un peu trop jaunes pour les pastels qui sont très peu pigmentés. En appliquant une coloration un peu plus vive, j’arrive tout de même, quand la couleur s’estompe, à avoir un de ces jolis pastels qui me font rêver. Et je profite de ma couleur bien plus longtemps que si j’avais appliqué directement une couleur très claire !

J’ai nouvelle routine capillaire

En plus d’être foncés, mes cheveux ont un deuxième inconvénient pour la coloration semi-permanente : ils deviennent gras très très vite. Et je déteste avoir les cheveux sales. Franchement si je m’écoutais je les laverais tous les jours. Mais ce ne serait pas top pour mon cuir chevelu ni ma couleur, alors j’évite. À mes débuts dans la coloration originale, j’étais à minimum un shampoing tous les deux jours. Pour préserver ma couleur j’ai donc adopté quelques changements dans ma routine capillaire :

  • Même si le No-Poo n’est pas pour moi, j’en ai tiré quelques habitudes : j’ai adopté la brosse avec des poils et je me brosse bien les cheveux tous les jours avec pour répartir le sébum. Je lave aussi ma brosse régulièrement.
  • Je suis passée au « double shampoing« . Je n’utilise qu’un tout petit peu de produit et je fais deux shampoings très courts à la suite au lieu de deux. Je ne sais pas pourquoi, mais chez moi ça marche très bien pour éviter que mes cheveux graissent trop vite.
  • Je suis devenue une adepte du shampoing sec, que je n’utilisais avant qu’occasionnellement et qui me permet de tenir un ou deux jours de plus.
  • Je fais des soins repigmentants : quand ma couleur commence à s’estomper, un peu de coloration dans mon après-shampoing, quelques minutes sur mes cheveux, et hop, je peux attendre un peu plus avant de recolorer !

D’un shampoing à tous les 1 à 2 jours je suis passée à tous les 3 à 4 jours. Avec un peu de persévérance je suis sûre que je pourrais espacer encore un peu plus. Et mes cheveux sont colorés plus longtemps, gras moins rapidement et beaucoup plus beaux ! Si ma routine capillaire vous semble trop contraignante, rassurez-vous, ce n’est pas obligatoire non plus. Pour moi, avoir les cheveux colorés m’a permis d’apprendre et d’apprécier à chouchouter mes cheveux. Et prendre du temps pour soi, ça fait du bien.

Et vous qu’est-ce que la coloration de cheveux a changé dans votre vie ?

7 thoughts on “La coloration et moi : ce qu’elle m’a appris (la suite)

  1. Amandine says:

    Ton article est très bien écris, il complète bien ton premier à ce sujet. Je ne sais pas comment expliquer ce sentiment de revivre avec une couleur originale. J’ai ressenti exactement la même chose que toi pour ca. Avant j’avais l’impression qu’il me manquait qlq chose. Et depuis que j’ai les cheveux rouges, j’ai le sentiment d’être beaucoup plus à ma place. Beaucoup mieux avec moi même. Alors qu´a la base je ne suis pas du tout du genre à attirer l’attention. Je fais souvent face à des mauvais regards, des filles en général. Mais tellement d’autre gentil aussi. On s’y fait. Dans mon boulot, en y allant petit à petit c’est bien passé. J’avais un peu peur comme je travaille dans une école maternelle. Mais les enfants m’adorent des les premiers échanges justement grâce à mes cheveux. J’avoue ne pas pouvoir retournée à quelque chose de soft. Si je change ça sera pour une autre folie capillaire.
    Merci pour ton partage, et tes articles qui nous en apprennent toujours plus. C’est un réel plaisir de traîner par ici alors merci <3
    PS: et peut être que je te croiserai un jour sur Clermont 😉

    • Chloé says:

      Bonjour Amandine,
      Merci pour ton témoignage et tes gentils mots 🙂 Comme tu le dis, les réactions positives rattrapent bien les quelques personnes qui critiquent. Cela fait plaisir en tout cas d’entendre que tes cheveux colorés t’aident à te sentir plus toi, et les enfants de l’école doivent adorer (j’ai croisé un groupe d’enfants cette semaine, les petites filles étaient toutes fixées sur mes cheveux violets, c’était marrant).
      Bonne continuation capillaire et n’hésite pas à dire bonjour si tu reconnais mes cheveux dans une rue clermontoise 😉
      À bientôt,
      Chloé – Color-Mania

  2. Cha says:

    J’adore ton article 😀 je retrouve à peu prés les mêmes bénéfices que toi d’avoir passer le pas et teint mes cheveux en rouge et aujourd’hui en violet pour au final arriver sur mon beau bleu nuit tant rêvé hihi 🙂 encore grâce à ton articles sur le cercle chromatique pour arriver à une couleur sans décolorer ! Au final j’adore ça me permet de tester des couleurs et là j’ai bien envie de rester un moment sur le « Violet Night » de Manic Panic 😀
    Bref je voulais te demander : Qu’utilise-tu comme shampooing sec .. ? J’ai tester pas mal de chose comme des poudres végétales, shampooing sec de commerce, de marques etc.. Mais rien ne me convient tout à fait. Surtout certain en spray m’irrite carrément les voix respiratoires si je le vaporise dans ma salle de bain…
    A bientôt 😀

    • Chloé says:

      Bonjour Cha,
      Merci pour ton message et contente que tu te retrouves dans ce que je dis 🙂
      Je fais moi-même mon mélange pour le shampoing sec : 4 doses d’argile rose, 2 doses de fécule de maïs, 1 dose de bicarbonate de soude (le tout avec des produits bio). Les shampoings secs tout prêts que j’ai essayés me grattaient beaucoup la tête mais mon mélange est parfait (pour moi en tout cas). Sinon nous venons juste de rentrer un shampoing sec format voyage que je n’ai pas encore essayé mais que je testerai sûrement lors d’un prochain voyage : le shampoing sec de voyage, et nous espérons pouvoir en proposer d’autres rapidement !
      À bientôt,
      Chloé – Color-Mania

Laisser un commentaire